AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 ❝ Nightcall - hermès&connor ❞

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
❝ Auteur ❞
❝ Message ❞
❝ Invité ❞

MessageSujet: Nightcall - hermès&connor   Sam 1 Sep - 19:03

Connor relève le regard vers la personne en face de lui. Son attitude l'agace, tout simplement. Même sa tête à présent le met hors de lui. L'énervement doit probablement se lire sur son visage mais il ne peut la cacher, et puis, ce n'est pas réellement son genre de le faire. « Vous écoutez ce que je vous dis ou non ? » Connor s'enfonce dans son siège et jette un coup d'oeil derrière l'homme. Une jeune femme tremblotante attend le verdict au fond de la salle. Elle est accusée de lui avoir volé des points. Comment aurait-elle pu faire cela ? Ça se verrait forcément, ou plutôt, Connor le verrait. Il l'aurait senti dès qu'elle est rentrée dans la pièce à la suite de cet énergumène criant. Son regard fuyant montre qu'elle a plus peur qu'autre chose d'être ici. Elle n'a pas envie de sa battre, et surtout pas contre une brute comme lui. Un poing frappant le bureau fait tourner la tête de Connor. Il a presque l'habitude des cas comme ça et aucun soubresaut ne le secoue, aucune peur ne le parcourt. Il se lève soudainement et le regard acide de l'homme faiblit quelques instants avant qu'il ne se mette sur ses jambes à son tour. « Bien, je vois qu'il ne sert à rien que j'espère une petite aide de votre part. Merci quand même. » Il tourne les talons et Connor peut le voir lancer un dernier coup d'oeil à la jeune fille. Cette dernière le fixe jusqu'à ce qu'il disparaisse et Connor la voit soupirer et poser ses mains contre ses épaules. Il s'approche d'elle et ferme la porte de la pièce à côté de laquelle elle se trouve. « Je... » « Tais-toi. Je t'ai déjà répété que je ne voulais plus te voir ici. » Son ton est froid et il n'en changera strictement pas, elle le sait. Tous le savent. Lorsque Connor se trouve ici, à gérer sa brigade et les affaires de vol et autre, il n'a en aucun cas envie d'être sympathique. Déjà qu'il ne l'est pas souvent, imaginez dans ce bureau. « Désolée. » Cessant de la regarder, il ouvre la porte et lui intime de sortir d'un geste de la tête. Sa lèvre se contracte et elle lui adresse un signe de la main avant de quitter l'endroit à son tour. Connor claque violemment la porte. Il a tenté de faire passer un maximum de sa colère dans l'élan de la porte et il sent que cela a fonctionné. Un peu du moins.
Sa journée a été longue, comme habituellement. Il rassemble ses quelques affaires et pose son badge négligemment vers le centre de son bureau. Il le trouvera au même endroit demain matin quoi qu'il en soit, il peut décemment le ranger ainsi sans s'en inquiéter. Il passe devant ses collègues et les salut sans prendre le temps de plus les regarder. Et il est enfin dehors. Il peut respirer l'air frais du soir qui approche et il en est comme soulagé. Ses pas le guident vers le trottoir menant chez lui. Bien sûr, il doit d'abord faire un peu de chemin mais depuis le temps qu'il est ici (environ soixante ans), il connait parfaitement le chemin. Perdu dans ses pensées de la journée, il perçoit tout de même au loin une voix qu'il semble reconnaître. Fronçant un sourcil, il relève le regard devant lui et remarque au bout de la rue un homme manifestement en grande conversation téléphonique. Connor secoue la tête. Vu le bruit qu'il fait, il pourrait peut-être essayer de se rattraper en étant moins visible. Et vu la nuit qui tombe, on va dire qu'il n'est pas vraiment idéal non plus de tomber sur Connor maintenant. Ce dernier continue son chemin tranquillement. Arrivé à environ une dizaine de mètres de l'homme, il ralentit le pas. Il ne lui est pas inconnu. Et il le reconnaîtrait sûrement entre mille. Cet individu n'est autre qu'Hermès, l'homme que Connor souhaite voir plusieurs fois par mois. Rien que pour lui. Il avale difficilement sa salive. La dernière fois qu'ils s'étaient vus, ils s'étaient rapprochés, bien plus que n'importe quelle autre fois. Il se souvient encore de ses lèvres sur les siennes et de la sensation qu'il avait éprouvé en chaque parcelle de son corps. Il se passe une main dans les cheveux et ne sait pas vraiment comment aborder la situation. Aller le voir clairement pour le saluer ? Passer à côté de lui sans lui adresser un regard ? Il se stoppe. Pourquoi ferait-il cela ? De toute manière, il sent qu'il ne le pourrait pas. Même s'il en avait toute la volonté. Il se racle la gorge nerveusement et s'avance. Ce sentiment de l'inconnu ne lui plaît décemment pas, il ne le connait pas et cela le terrifie sans conteste. Il est terrifié pour la première fois de sa vie. Pour un homme ? Là, il ne se reconnait même plus. Toutefois, si ses pensées s'emmêlent en lui, ce n'est pas le cas à l'extérieur. Il a toujours cet air dur et impressionnant sur le visage ainsi que dans son attitude. « Bonjour. » Il est assez près pour qu'il l'entende, normalement. Et cela semble marcher puisque son futur interlocuteur se retourne. Peut-être qu'il aurait dû employer un autre terme pour le saluer. Mais à presque quatre-vingts ans, le langage plus récent ne lui parler vraiment pas. « Je dérange peut-être ? » Il pointe le téléphone de son index et attend patiemment une réponse. Peut-être qu'elle sera négative, positive dans la plus belle des situations mais dans tous les cas, il en espère une.
Revenir en haut Aller en bas
❝ Invité ❞

MessageSujet: Re: Nightcall - hermès&connor   Dim 2 Sep - 8:54

nightcall.
Je ne suis pas le plus riche de la ville. Je n'ai encore jamais atteint les 10 000 Health Points maximum, même le rêve y était. Un jour, peut-être, j'aurais cette chance. Mais pour le moment, je me contentais de mes 3 649 points au compteur. Juste assez pour vivre décemment, juste assez pour ne pas regarder toutes les heures voire toutes les minutes mes HP qui défilaient sous mes yeux. Ainsi, pour cette soirée, j'étais de repos. Pas besoin de travailler pour survivre à ce système de points. Un instant de détente me ferait probablement le plus grand bien car, malgré ce que les stéréotypes pouvaient nous dire, être strip-teaseur n'était pas de tout repos. Mais j'adorais ça : danser, inventer de nouvelles chorégraphies pour les yeux de nos chers clients. Avec Alaska, nous nous amusions dans notre vie que certains qualifieront de malsaine. Je n'y pouvais rien et je ne faisais même plus attention aux préjugés et aux regards des gens sur moi. Je vivais ma vie comme je l'entendais. C'était ça, la liberté !

« Non, j'ai dit non. Je ne viendrais pas ce soir. » Tentais-je d'expliquer au grand patron qui ne voulait pas entendre raison. J'étais dans la rue, à un carrefour et j'essayais de garder ma nuit de repos comme étant une nuit de repos. Difficile avec un boss harceleur. « Trouvez une solution vous-même. Je m'en fous si quelqu'un me demande. Offrez-lui quelqu'un d'autre. » En toute sincérité, j'étais bien content de ne pas être au club ce soir car le client en question était un pervers cherchant toujours à mettre les mains où il ne faut pas. Une fois, cela aurait pu être un accident. Une deuxième fois, cela commençait à être suspicieux. Mais une troisième fois, c'était volontaire. Je l'avais remis à sa place, lui indiquant que toucher était interdit mais que regarder était un privilège. C'était ma phrase pour remettre toutes ces femmes et tous ces hommes à leur place durant mes shows privés. « Bonjour. » Je me retournais, téléphone toujours au creux de mon oreille. Surpris mais ravi, je levais mon index avec un sourire que je tentais tant bien que mal de cacher. « Je dérange peut-être ? » « Ecoutez, je ne serais pas là ce soir. alors démerdez-vous. » Je jetais un regard observateur sur l'homme qui venait de me rejoindre. Je ne connaissais même pas son prénom. Je savais simplement qu'il travaillait pour le gouvernement. « Non, je ne viendrais pas. Et je suis déjà pris ce soir. Bonne soirée. » Je raccrochais, libéré d'une affaire désespérante. Je soupirais, rangeant mon téléphone dans la poche de mon pantalon de costume et je relevais mes yeux bleus vers cet homme à la carrure impressionnante et au regard terrifiant.

Je reprenais mon sérieux, tirant sur la veste de mon costume pour la remettre en place. Je posais mes yeux dans ceux de mon interlocuteur. « Bonsoir. » Lui dis-je simplement avec le plus grand des sourires charmeurs. « Et non vous ne me dérangez pas. C'était un appel sans importance. » Continuais-je avec le même sourire. Notre dernière entrevue avait été pour le moins différente de toutes les autres, ou même de toutes celles que j'avais eu avec n'importe quel client. J'avais pris l'initiative de l'embrasser et, pour être franc, je ne regrettais absolument rien de ce geste car j'avais cette attirance inexplicable pour le policier. Je devrais le craindre. Son rang devrait me faire réagir de la sorte mais non, j'étais ravi de le voir, ravi qu'il soit venu vers moi et ravi d'être en dehors du nightclub. « Vous faites quoi par ici alors ? Vous me suiviez ? » Le questionnais-je avec humour même si son air dur ne laissait rien présager de bon. Tant pis. Je lui souris.


Dernière édition par Hermès J. Argent le Mar 4 Sep - 12:58, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
❝ Invité ❞

MessageSujet: Re: Nightcall - hermès&connor   Lun 3 Sep - 18:02

« Ecoutez, je ne serais pas là ce soir. alors démerdez-vous. » La personne qui est au bout du fil n'a pas vraiment l'air d'être compréhensive mais Hermès s'en défait tout de même. En y réfléchissant, Connor ne sait même plus comment il connait son prénom. Car lui ne sait strictement pas le sien en retour. Le policier hausse un sourcil face au sourire qu'héberge les lèvres de son futur interlocuteur. Bien sûr, il ne découvre par ce dernier pour la première fois. Il l'apprécie ce visage enjoué depuis maintenant pas mal de temps. Au début, Connor n'aurait jamais pensé faire appel à un strip-teaser. Puis, vous avez vu sa tête ? Vous l'imaginez une seconde prendre son téléphone pour programmer un rendez-vous comme tel ? Non, sérieusement, personne ne s'y attendrait. Et pourtant il l'a fait. Tel l'homme seul qu'il est. Car Connor n'a jamais connu ce sentiment indescriptible qu'est l'amour. Alors un soir, il a appelé et demandé à ce qu'on lui présente un homme. Et il est tombé sur Hermès. Dès cette soirée, il n'a cessé de demander ses services. Enfin, plutôt ses shows. Son sourire, ses danses, ses mouvements. Connor les connait presque par coeur. Tout autant que son corps. « Non, je ne viendrais pas. Et je suis déjà pris ce soir. Bonne soirée. » Il est pris ? Connor ne réagit pas et l'observe ranger son appareil dans la poche de son vêtement. Tirant sur la veste de son costume, il relève son regard rieur sur lui et lui adresse un "bonsoir" souriant. « Et non vous ne me dérangez pas. C'était un appel sans importance. » Connor acquiesce simplement. « Vous faites quoi par ici alors ? Vous me suiviez ? » Son sourcil se contracte de nouveau. Lui, Connor Alix Lukas McLorris, le suivre ? Son regard se fait un peu plus sombre même si sa remarque le fait rire au fond. Bien sûr, rien ne laisse présager cela en apparence. En lui disant cela, il a seulement l'impression d'être restreint à son travail de flic. Et rien que ça à ses yeux, à ses fameux yeux. Étrangement (et peut-être bêtement aussi), il espérait une autre réaction. Bien différente comme seulement en rester à son petit "bonjour" précédemment employé et Connor aurait dit le reste. Mais il le connait à force, enfin, façon de parler. Là, pour le coup, ils ne sont pas au nightclub. Il n'est pas obligé de partir à une heure précise ni même obligé de répondre aux ordres de son patron.
C'est même la première fois que cela arrive. La toute première fois que Connor le croise ici sans son costume ou même près de son lieu de travail. Ce dernier se perd à observer ses lèvres et le sourire espiègle qui s'y accroche si facilement. L'humour est parti pris de sa question et Connor y réfléchit presque longuement. Il croise alors les bras et replonge son regard dans le sien. Il se sent... gêné ?! Sensation totalement nouvelle et infiniment inconnue. Connor gêné ça n'existe pas et ça n'existera jamais. De toute manière, la petite tempête des sentiments contraires ne se déroule qu'au fond de lui. Ses lèvres se serrent et il répond finalement. « Je ne vous suivais pas, loin de là. » Bon, la fin de sa phrase peut paraître quelque peu agressive mais ce n'est pas réellement cela. C'est de la défense. Contre une accusation qui est peut-être en partie vrai. « Je vous ai seulement aperçu de pas loin et je me suis avancé, voilà tout. » Il n'est pas vraiment fort dans l'art du mensonge inventé sur le volet mais il s'en sort finalement bien. Il a l'impression de se retrouver quelques années, de nombreuses années, auparavant en face de sa soeur. Cette dernière essayant de tirer le vrai du faux dès qu'il commençait à partir dans de l'incensé. Aucun sourire n'étire cependant ses traits mais la joie de le voir ici est bien là, au fond de lui. « Comme on ne s'était pas revu depuis la dernière, je... » Pourquoi a-t-il dit cela ? Son cerveau se met presque en alerte rouge mais il tente de garder son sang-froid. « Je n'allais pas passer à côté de vous sans vous saluer, voilà tout. » Bref, concis. Tout ce qu'il est. Et cette réponse est parfaite.
Revenir en haut Aller en bas
❝ Invité ❞

MessageSujet: Re: Nightcall - hermès&connor   Mar 4 Sep - 12:53

nightcall.

Mon boss me prenait la tête à toujours vouloir qu'on lui cède tout. Ce soir, je lui tenais tête. Je voulais ma soirée et je l'aurais. Ces clients n'avaient qu'à revenir un autre soir s'il désirait tant m'avoir. Je n'étais qu'un homme pas une machine qui danserait mécaniquement sans émotion et sans sensualité. S'il désirait ce genre de personne, autant qu'il me vire. Je n'étais pas encore près à me dévouer complètement à mon travail même si je l'appréciais beaucoup. J'avais une vie en dehors du nightclub. Enfin, je croyais en avoir jusqu'à ce que je tombe sur lui, en pleine rue. J'étais ravi. Je ne pouvais pas le nier. Ce petite sourire que je tentais de dissimuler en était la preuve. Mais tout me ramenait toujours au club, même quand je n'y étais pas. Je l'avais dans la peau quoi qu'il arrive. J'étais maudit.

Pourtant, cette malédiction avait du bon. Le rencontrer, le croiser ici-même dans la rue me réjouissait. J'avais ce sentiment que je ne contrôlais pas et qui me faisait sourire lorsque je posais enfin mes yeux dans les siens. Je posais une question, une simple question et le regard de mon client s'assombrit. Je déglutis en silence. Il était impressionnant. De par sa carrure, sa taille, sa musculature. J'avais l'impression de n'être qu'un brindille qu'il pourrait faire voler à tout moment. Il était impressionnant, vraiment, et il était incontestablement attirant. « Je ne vous suivais pas, loin de là. » Son ton agressif me percuta de plein fouet. Wouah ! « Je vous ai seulement aperçu de pas loin et je me suis avancé, voilà tout. » J'arquais un sourcil. Je ne savais comment réagir. Il était si dur, si aigri, je ne savais sur quel pied me mettre pour lui parler. Ce n'était comme au club. Je n'étais pas celui qu'il avait payé pour lui procurer des plaisirs purement visuels. J'étais Hermès Argent et il était lui, un homme sans nom travaillant pour les forces de l'ordre. « Il n'y a rien de mal, vous savez. J'vous aurais suivi aussi si j'vous avais aperçu... » Lui répondis-je sans grande conviction. Je lui souris une nouvelle fois. Peut-être que ces traits se radouciraient. Je ne sous-estimais pas la force de l'un de mes sourires sur lui mais je doutais d'y arriver. Il était dur et froid comme personne. Cette attirance n'aurait jamais dû naître entre nous. Pourtant, elle était bien là.

« Comme on ne s'était pas revu depuis la dernière, je... » Je sentis soudainement une faiblesse. Notre dernière entrevue l'aurait-il troublé au point qu'il puisse en perdre ces moyens en en parlant ? Rien que cette idée me faisait sourire. Je cachais mon amusement comme je le pouvais. Je ne voulais pas le gêner pour qu'ensuite, il se braque à nouveau contre moi. « Je n'allais pas passer à côté de vous sans vous saluer, voilà tout. » J'appréciais ce qu'il me disait. « Merci. » Lui répondis-je simplement. « Beaucoup ne se serait pas arrêté pour saluer quelqu'un comme moi. » Être strip-teaseur avait des avantages et des inconvénients. Le plus grand de tous était surement le regard que porte sur vous vos clients et clientes lorsqu'il vous croise dans la rue. Ainsi, vous n'êtes qu'une ombre, un fantasme qu'ils ne veulent pas voir en public car la honte pourrait s'abattre sur eux si jamais une tiers personne était au courant de leur secret.

Mais cet homme, ce policier était différent des autres. Je l'avais déjà remarqué et son comportement me le confirmait. Il était unique en son genre, même s'il n'était encore qu'un inconnu pour moi. Enfin, un inconnu au service de la justice dans Salt Lake City. « Au fait, je m'appelle Hermès. Hermès Argent. Ça fait moins bestiale et plus civilisé que vous sachiez mon nom entier. Le nightclub est loin alors oublions-le pour ce soir. Vous n'êtes pas mon client en ce moment. » « Même si ce n'est pas l'envie qu'il me manque de me déshabiller devant vous. » Pensais-je pour conclure mon idée. Je lui souris, évitant de croiser son regard pour qu'il ne puisse détecter mes vraies pensées à son sujet. « Et vous êtes ? Car je ne connais finalement que votre métier et vos fantasmes. C'est déjà pas mal. Vous me pourriez me répondre que j'en sais plus que la plupart de vos collègues. Mais j'aimerais beaucoup mettre un nom sur... » Sur cette belle gueule ? Sur ces pectoraux renversant ? Sur ces muscles saillants ? Sur ces fesses à en faire damné un dieu ? « Sur votre visage. » Je souris. Une énième fois alors que mes yeux bleus venaient plonger dans les siens.
Revenir en haut Aller en bas
❝ Invité ❞

MessageSujet: Re: Nightcall - hermès&connor   Jeu 6 Sep - 18:48

Connor n'aurait jamais dû se rendre là-bas. Il n'aurait jamais dû rentrer de ce pas quelque peu détendu, ni même avec cet air intéressé. Il aurait dû s'écouter. Ecouter son fort intérieur et ne pas rencontrer par la suite ce jeune homme. Car à présent, il ressent ce sentiment inconnu et complètement incontrôlable. « Merci. » Son fameux sourire reprend finement sa place sur ses lèvres. Le policier le connait par coeur à présent, chaque traits de son visage n'a plus de secret pour lui. Et il ne souhaite pas qu'il y en est d'ailleurs. « Beaucoup ne se serait pas arrêté pour saluer quelqu'un comme moi. » Connor n'aurait jamais fait cela. Il n'en aurait décemment pas été capable. Même si son allure laisse penser que son coeur est de pierre, il n'est pas ainsi et ne le sera jamais. Même si son boulot peut laisser penser que les préjugés font partie intégrante de sa vie, il n'est pas comme ça et ne le sera évidemment jamais. Quelle que soit la moindre pression qu'il ait derrière ou autre. Connor n'est pas réellement du genre à se laisser influencer, faute d'expériences passées. « Au fait, je m'appelle Hermès. Hermès Argent. Ça fait moins bestiale et plus civilisé que vous sachiez mon nom entier. Le nightclub est loin alors oublions-le pour ce soir. Vous n'êtes pas mon client en ce moment. » Argent. Hermès Argent. Connor acquiesce à sa remarque sur son lieu de travail. Ils ne s'y trouvent pas et on peut dire que cela change tout. Connor n'est pas obligé de payer pour le voir et Hermès n'est pas obligé de se déshabiller. Même si cela n'aurait en aucun cas dérangé Connor. Il observe chaque mimique comme précédemment. C'est fou mais en y pensant, il pourrait le regarder durant des heures. Il l'avait déjà fait auparavant bien sûr, et c'est même ainsi que maintenant il a l'audace de le connaître. Mais Connor sent sur le moment qu'il lui porterait un regard encore plus différent qu'il ne l'a déjà. « Et vous êtes ? Car je ne connais finalement que votre métier et vos fantasmes. C'est déjà pas mal. Vous me pourriez me répondre que j'en sais plus que la plupart de vos collègues. Mais j'aimerais beaucoup mettre un nom sur... » Connor arque un sourcil prestement. Sur quoi ? Sa mine affreuse de flic de trois mètres de haut ? Sur sa carrure à faire frémir n'importe qui ? Ou même n'importe quoi. « Sur votre visage. » Sur son... son visage ? Connor manque de s'étouffer intérieurement. Il ne se trompe définitivement pas, quelque chose se passe entre eux. Ou passe si on veut faire plus court. Jamais personne ne s'est arrêté sur son visage, bien qu'on ne complimente pas souvent quelqu'un sur ce dernier. Son coeur bat un peu plus rapidement devant le sourire du jeune homme. C'est vrai qu'il connait déjà deux chose essentielles sur lui. Son boulot et ses... fantasmes, comme l'a très bien énoncé son interlocuteur. « Je m'appelle Connor McLorris. » Un sourire crispé s'installe sur ses lèvres mais c'en est déjà un premier. Il n'a définitivement pas l'habitude de ce genre de conversation. Pourquoi est-il venu aussi rapidement vers lui déjà ? Un nouveau regard vers lui laisse échapper tout doute. Il sait pertinemment pourquoi il l'a dérangé dans sa conversation téléphonique et pourquoi dès qu'il l'a reconnu, il n'a pas hésité. « Connor fera l'affaire. » Un clin d'oeil ou même un sourire le démangent mais ses traits ne se contractent aucunement. Seul son regard exprime une certaine joie qu'il est difficile de percer à jour. Il tend soudainement sa main vers lui. Il a besoin d'un contact. D'une simple présence au creux de sa main pour lui prouver que ce qui se déroule est bien réel. Puis ce geste rejoint son attitude de tous les jours, son métier et son âge véridique influent naturellement dessus dira-t-on. Et cela lui évite également de se radoucir fasse à Hermès. Il ne doit pas laisser paraître la moindre faiblesse. Il n'en a pas le droit. Il se gratte la gorge légèrement avant de reprendre. « Vous... comptiez faire quelque chose ce soir ? » Bon, c'est pas exactement ce qu'il souhaitait demander mais c'est bien ce qui est sorti. Initialement, il voulait simplement laisser sous-entendre qu'il allait le raccompagner chez lui mais il n'a point le temps eu de réfléchir à la formulation correcte que déjà sa requête sonnait entre eux. Connor ne tient même pas à réfléchir à la réponse d'Hermès et se cache de nouveau derrière son masque sans grande expression. Et surtout, sa seule protection.
Revenir en haut Aller en bas
❝ Invité ❞

MessageSujet: Re: Nightcall - hermès&connor   Ven 7 Sep - 17:38

nightcall.
Je trouvais la situation plus que tendue. J'avais l'impression d'être le seul à m'exprimer tandis que mon interlocuteur restait là à m'écouter sans rien, sans réagir. Ces traits étaient exactement les mêmes depuis le début de notre conversation, depuis que j'avais raccroché à mon patron. C'était étrange mais en y repensant, c'était son rôle d'être impassible et neutre. Il était flic. Je ne savais pas à quel grade ni s'il était important. Il travaillait pour les autorités, c'était déjà suffisant à savoir. De plus, je me doutais qu'il était certainement plus vieux que moi. Je parlais bien évidement en âge réel. Personnellement, je n'avais que 41 ans. J'étais jeune, dirait-on, dans ce monde. Mon client, lui, semblait bien plus sage et son comportement révélait surement une sagesse plus ancienne que la mienne. C'était surprenant. Il avait quoi, 60, peut-être 70 voire grand maximum 80 ans et cet homme avait toujours la vigueur de ses 30 ans. Désormais, nous pourrions paraître plus vieux que nos parents, même de nos grand-parents si notre âge choisi était plus vieux que le leur. Le monde tournait à l'envers. Le monde avait changé. C'était notre monde, celui que j'avais toujours connu. « Je m'appelle Connor McLorris. » Mes yeux plongées sur le visage du policier, j'observais un léger rictus. Certes crispé mais il était là, face à moi. Je souris. J'avais finalement réussis à le faire sourire. Enfin avec lui, ce n'était qu'une façon de parler. Sourire était probablement un bien trop grand mot pour ce que je venais d'apercevoir sur son visage.

Je me retenais de faire un commentaire, connaissant maintenant le caractère aigri et agressif du trentenaire, je préférais taire mes paroles et mes idées pour que tout se passe pour le mieux. Je ne voulais pas finir en prison pour outrage à agents. Même si je doutais qu'il m'y envoie car il y avait cette chose, ce truc indescriptible entre nous qui s'installait au fur et à mesure de nos rencontres. En tout cas, j'étais ravi de connaître enfin ses nom et prénom. « Connor fera l'affaire. » Je le regardais à nouveau. « D'accord... Connor. » C'était étrange. Tout ceci était inhabituel. Je n'avais pas l'habitude d'appeler mes clients par leur prénom. A chaque, c'était Madame ou Monsieur mais jamais un prénom. Maintenant que je connaissais le sien, rien ne serait plus pareil. Surtout, s'il décidait de revenir me voir. Nous serions d'un seul coup beaucoup plus intime.

Connor tendit sa main. Surpris, je l'observais un instant et lorsque je glissais la mienne dans la sienne, je constatais une fois de plus la carrure du policier. Ma main était si ridicule dans la sienne qu'il aurait pu me la broyer en quelques secondes seulement. Les présentations officielles étaient maintenant faites. Connor McLorris avait rencontre Hermès Argent et Hermès Argent était entré dans le vie privé de Connor McLorris. Étrangement, alors que je m'attendais à sentir une peau sèche, je découvrais une main à la peau douce et délicate. Son côté monsieur muscle diminuait d'un seul coup. La douceur de ses mains me surprenait et une question me venait alors en tête : pouvait-il être aussi doux que sa peau l'était ? Une interrogation en amenant une autre, des tas des questions fusaient dans mon esprit. Cependant, la voix de Connor me sortit de cet état interrogateur. « Vous... comptiez faire quelque chose ce soir ? » Je ris, gêné. S'il savait... « Pas vraiment, en fait. » Lui avouais-je. « J'ai juste signalé que j'étais occupé en vous voyant afin que mon boss me foute enfin la paix. » Je passais une main des mes cheveux, grattant mon crâne chevelu tout en souriant au jeune McLorris. « Vous êtes mon alibi pour la soirée. » Terminais-je par lui indiquer. Mais Connor l'avait certainement très bien compris.

« Mais je ne veux pas vous déranger. Ne vous inquiéter pas pour ça. Je ne vais pas vous retenir si vous avez d'autres choses à faire, ce soir. Je suis assez grand pour me débrouiller tout seul. Je le fais depuis déjà bien longtemps pour survivre une nuit de plus à Salt Lake City. » Je parlais trop, beaucoup trop. Je me tus, sourire gêné sur le visage et je glissais mes mains dans les poches de mon pantalon de costume. Connor ne disait pas grand chose alors que j'étais un véritable bavard à ses côtés. Pourtant, entre Charlize et moi, c'était bien elle qui débitait un nombre inimaginable de mot à la minute lorsqu'elle s'y mettait. « Bref, je vais vous laisser. Je ne veux pas vous occuper toute la nuit, juste pour mon propre plaisir. » L'informais alors que je reculais légèrement. « Ce fut un...véritable...plaisir de vous voir, Connor, et surtout de connaître votre prénom. » Je lui fis un signe de la main, reprenant ma route. « Merde. Merde. Merde. Ne pars pas comme ça. Fais autre chose. Demandes-lui son numéro. Fais quelque chose. » me répétais-je intérieurement sans faire attention à la route que je traversais et surtout à la voiture qui arrivait à tout allure dans ma direction.
Revenir en haut Aller en bas
❝ Invité ❞

MessageSujet: Re: Nightcall - hermès&connor   Dim 9 Sep - 18:05

Connor l'observe rigoler à sa question. Peut-être qu'en effet, ce qu'il vient de demander est tout bonnement ridicule. Bien sûr, il doit sûrement avoir quelque chose de prévu et le policier se sent vraiment plus qu'idiot sur le coup. Il continue de le regarder longuement et y prend plaisir. Même s'il le paye généralement pour ça, aujourd'hui ils sont tout deux comme des... amis ? Disons connaissances et cela enchante Connor, même si ce sentiment ne se devine pas forcément chez lui. « Pas vraiment, en fait. J'ai juste signalé que j'étais occupé en vous voyant afin que mon boss me foute enfin la paix. » Connor aura au moins servi à quelque chose d'utile aujourd'hui. « Vous êtes mon alibi pour la soirée. » Connaissez-vous cette espèce de fierté qui vous habite soudainement lorsqu'on vous annonce cela clairement ? Connor, lui, la connait à présent. Tout son corps déborde d'énergie à cette nouvelle et un léger sourire passe sur ses lèvres, enfin. Il est heureux. Heureux de savoir qu'Hermès l'a utilisé pour éviter de revoir la tête affreuse de son patron. Evidemment, il y a beaucoup plus flatteur mais Connor le ressent ainsi. Ce dernier se rend également compte qu'il connait à présent certains gestes du jeune homme en face de lui, tel cette main passée dans ses cheveux. Et il sait aussi qu'il les apprécie de plus en plus. « Mais je ne veux pas vous déranger. Ne vous inquiéter pas pour ça. Je ne vais pas vous retenir si vous avez d'autres choses à faire, ce soir. Je suis assez grand pour me débrouiller tout seul. Je le fais depuis déjà bien longtemps pour survivre une nuit de plus à Salt Lake City. » Connor aimerait dire quelque chose, le rassurer, lui dire qu'à présent il est là. Mais qui est-il pour dire ça ? Ils ne sont pas proches, pas intimes. Enfin, selon l'angle de la situation ils ne le sont pas. Cette petite révélation attriste à un degré élevé le policier. Lui ne peut se rendre compte de la vie difficile de certaines personnes vu sa condition personnelle. Il avale sa salive nerveusement. « Bref, je vais vous laisser. Je ne veux pas vous occuper toute la nuit, juste pour mon propre plaisir. Ce fut un...véritable...plaisir de vous voir, Connor, et surtout de connaître votre prénom. » Connor le voit reculer lentement avant qu'il ne lui adresse un signe de la main et reprenne sa route d'origine. Non, non, il n'a pas le droit de faire ça. En aucun cas il ne peut se permettre de le laisser ainsi seul sur ce trottoir et à la nuit tombée. Peut-être que la situation paraîtrait moins étrange si elle était inversée. Mais ce n'est pas le cas et Connor se sent abandonné. Il ne peut décemment pas rien faire. « Non... » Cette première réplique est plus pour lui. « Attendez ! » Connor s'élance à sa suite mais le jeune homme est déjà bien loin. Il traverse la route et Connor n'a pas totalement de réaliser ce qu'il se passe qu'il se projette sur lui pour lui éviter sûrement la mort. Sa respiration s'est considérablement accélérée et il tourne brusquement la tête vers la voiture qui les contourne. « Espèce de malade ! » Il cherche ensuite le regard d'Hermès avec frénésie. Il est étalé sur ce dernier et se dégage prestement. « Je suis désolé... » Il tente d'apercevoir la moindre blessure mais cela est compliqué au vue de son costume. De nombreux sentiments se mélangent en lui mais il parvient à se calmer quelque peu. « Vous n'avez rien ? » Il ne s'est pas fait écraser par une voiture mais plutôt par Connor, ce qui revient un peu au même. Il a eu peur. Il n'a jamais ressenti cela auparavant mais cela lui débloque un peu tout ces ressentis masqués par la poussière au fond de lui. Il tient à cet homme, il tient à Hermès plus qu'il ne le faudrait et il commence à le comprendre en cet instant. Parce que pour une fois, pour une simple et unique fois, la peur se lit au creux de son regard et même s'il le faut sur ses traits.
Revenir en haut Aller en bas
❝ Invité ❞

MessageSujet: Re: Nightcall - hermès&connor   Mar 11 Sep - 9:26

nightcall.

Fuir. Partir. Le quitter. Je ne savais pas ce qu'il me prenait car ce n'était pas l'envie qu'il me manquait de rester avec Connor. Il était différent des autres et il m'attirait comme jamais. C'était la première fois que je ressentais cela pour l'un de mes clients, même habituel. Le jeune McLorris était différent de tous ceux que j'avais pu côtoyer. Maintenant, j'en étais sûr et certain. Le fait qu'il n'ose pas braver les interdits lors de mes shows et qu'il me salut en pleine rue me confortait dans mon opinion à son sujet. Il était unique et, même s'il pouvait faire peur par sa carrure, sa musculature, son ton agressif et son air aigri, je tombais sous son charme. La conséquence était ma fuite car je ne devais pas entretenir de relations particulières avec mes clients. Mais comment résister ? Connor était différent et cette attirance que j'avais ressenti depuis quelques rendez-vous ne cessait de croitre que j'en étais même venu à l'embrasser à la fin du dernier alors que j'étaos nu, à califourchon sur ses genoux. Je connaissais ces fantasmes et il connaissait mon corps mieux que quiconque.

Cependant, je le fuyais. Allez savoir pourquoi. Je le quittais alors que c'était bel et bien le contraire que je désirais. Tout se chamboulait dans ma tête. Il me chamboulait. Le contact de sa main avec la mienne m'avait déstabilisé. La douceur de sa peau était incomparable et sa voix, rauque et grave, me séduisait plus que tout. J'avais peur. Peur de ne pouvoir faire taire ces sentiments qui se bousculaient en moi. Je lui tournais alors le dos, traversant la route en pensant beaucoup trop à lui qu'à la circulation. « Attendez ! » Je m'arrêtais en plein milieu de la route, me retournant. Je n'eus pas le temps de comprendre ce qu'il se passait. Je me retrouvais rapidement à terre, mon dos contre le bitume et Connor sur moi. « Espèce de malade ! » Mon cœur battait la chamade et, sans m'en rendre compte, les doigts de ma main gauche s'étaient accrochés à son tee-shirt. Je respirais plus fortement, observant mon sauveur avec attention. Le policier plongea son regard dans le mien. « Je suis désolé... » Je ne réussis même pas à lui répondre alors qu'il se dégageait et que je lâchais son tee-shirt pour poser simplement ma main sur son torse. La tension redescendait peu à peu et je comprenais enfin ce qu'il s'était passé. Une voiture, roulant à toute vitesse, avait failli me percuter mais Connor était intervenu pour empêcher ce massacre. Je m'étais donc retrouvé sous sa carrure impressionnante et celle-ci m'avait sauvé d'une mort atroce. « Vous n'avez rien ? » Je secouais la tête de gauche à droite, ne pouvant sortir un seul mot de ma bouche.

Nous étions toujours au milieu de la route et je ne voulais pas bouger. Je me sentais bien. Contre lui, j'étais rassuré. Malheureusement, et pour la première fois, j'arrivais à lire en lui. Il avait peur. Il avait eu peur pour moi. J'avais cru, plus tôt, que l'accélération de son rythme cardiaque n'était dû qu'à l'action qu'il avait entrepris pour me sauver. Désormais, je m'étais en doute mes conclusions à cause de tous ce que je pouvais voir sur son visage. Je glissais ma main sur sa joue, effleurant de mes doigts sa barbe. « Je vais bien. » Lui dis-je pour le rassurer, pour qu'il ne se fasse aucun soucis pour moi, pour ma santé. Un klaxon m'extirpa de cet état de béatitude dans lequel j'étais. Je jetais mes yeux en direction du conducteur et je me redressais pour finalement me lever et rejoindre le trottoir avec Connor qui me suivait. J'attendais que nous soyons tous les deux ensemble avant de reprendre la parole. « Merci. » Lui dis-je avec un sourire avant de venir déposer un simple baiser sur sa joue. Sans réfléchir, j'avais agi et j'avais accompli ce geste qui pourrait paraître anodin pour n'importe qui mais qui était finalement révélateur de mon attirance particulière pour le policier. « Mais je ne sais pas ce qui aurait pu être le pire... La voiture ou me retrouver à terre sous tous ces muscles. » J'essayais d'apaiser les tensions suite à cet évènement qui aurait pu finir mal. Très mal. « Merci beaucoup. Je ne l'avais pas vu arriver et si vous n'étiez pas intervenu, je... Merci. » Je ne savais pas quoi ajouter. J'étais légèrement honteux mais heureux. Ce double sentiment, pourtant incompatible, était bien réel. J'étais honteux de la situation précédente mais heureux d'être toujours en vie. Heureux qu'il soit intervenu et surtout heureux d'avoir pu lire en lui cette peur que je voyais encore sur son visage. « Je vais vous laisser. J'crois que j'ai assez pris de votre temps ce soir. Encore désolé. J'aurais dû être plus attentif mais... Merci. Vraiment. » Je fis demi-tour, tournant le dos au jeune McLorris. Je le quittais à nouveau, remettant la veste de mon costume en place alors que je marchais dans les rues de Salt Lake City. Je repensais rapidement à tout ce qu'il venait d'arriver, à ce qu'il avait fait pour moi, à tout ce qu'il avait ressenti à mon égard. « Et merde... » Je me retournais rapidement, courant en direction du policier. « Connor ! » Je me retrouvais face à lui, face à sa grandeur, face à cette carrure et musculature impressionnante. « Je, je. Vous... » Sur la pointe des pieds, je glissais une main sur le torse de mon sauveur et mes lèvres se rapprochèrent des siennes. Hésitant, je déposais un simple baiser volé sur sa bouche avant de véritablement l'embrasser avec fougue. « Je suis désolé... » Repris-je une fois le baiser terminé alors que nos deux visages n'étaient qu'à quelques millimètres l'un de l'autre.
Revenir en haut Aller en bas
❝ Invité ❞

MessageSujet: Re: Nightcall - hermès&connor   Sam 15 Sep - 19:02

Sa main entre en contact avec le visage de Connor et ce dernier peut alors ressentir le trouble d'Hermès. Il est secoué et Connor le comprend inévitablement. Il vient d'échapper à une souffrance certaine. Le rythme cardiaque du policier ralentit quelque peu mais il continue à observer Hermès en silence dans l'attente d'apercevoir une blessure grave, ou encore la moindre égratignure par sa faute. « Je vais bien. » Sa voix apaisée le fait presque frissonner. Même si cela le rend heureux de le savoir en vie, l'appréhension ne le quittera sûrement pas de si tôt. Un klaxon retentit à leurs côtés et Connor se recule pour permettre au jeune homme de respirer et de se relever rapidement. Connor le suivit prestement pour éviter de le voir s'écrouler au sol sous une montée trop forte d'adrénaline ou autre. Une fois de nouveau face à face, son regard se perd dans la contemplation et l'admiration de ses traits. Ils sont parfaits, sans aucun doute. « Merci. » Un sourire tente de percer la dureté du visage de Connor mais il n'y parvient que partiellement. Il est encore trop choqué sûrement. Puis il voit Hermès se rapprocher de lui. Son coeur s'emballe immédiatement et il sent le sang affluer au niveau de ses lèvres. Il a envie de l'embrasser, tout son corps réclame cet acte. Mais c'est seulement sa joue qui obtient le droit d'être parcourue par ce frisson étrange. Et intense. Comme une décharge électrique. C'est ainsi que le ressent le dur Connor. « Mais je ne sais pas ce qui aurait pu être le pire... La voiture ou me retrouver à terre sous tous ces muscles. » Comment peut-il faire de l'humour à présent ? Mais après tout, Connor aime ce côté de sa personnalité. Il aime son sourire et ses phrases pour détendre les atmosphères telle que celle-ci. « Merci beaucoup. Je ne l'avais pas vu arriver et si vous n'étiez pas intervenu, je... Merci. » Connor ne dit toujours rien car il ne sait pas quoi dire. Ses pensées sont ailleurs. Il est perdu. Ce qu'il a assimilé plus tôt sur le sol lui revient en mémoire même si cela ne l'avait pas quitté. Il tient à lui. Vraiment, intensément, violemment. Abruptement. Et cela le pertube réellement. Jamais il n'a été confronté à ce flot de songes immenses et imposants, auxquels on ne peut décemment pas faire face. Auxquels on se plie délicatement et plus que volontairement. Mais cela ne change rien à l'extérieur, l’inquiétude occupe toujours son être. « Je vais vous laisser. J'crois que j'ai assez pris de votre temps ce soir. Encore désolé. J'aurais dû être plus attentif mais... Merci. Vraiment. » Il souhaite partir une deuxième fois. Le laisser seul après ce qui vient de se passer. Ces paroles laissent une nouvelle fois Connor sur le derrière pour parler poliment et comme une personne de son âge bien évidemment. Mais la même incompréhension le gagne. Ce qui est en train de passer entre eux n'est pas anodin et ce second départ ne devrait pas être autorisé par les sentiments ! Connor ne se reconnait même plus. Sa peine est bien trop grande et ceci l'importune encore un peu plus. Peut-être que lui intimer de rester auprès de lui serait traduit comme un caprice ? Un décret injustifié et totalement puéril. Pourtant c'est ce qu'il souhaite, qu'Hermès reste proche de lui en cet instant. Connor le voit remettre sa veste de costume correctement plus loin et saisit qu'il est bien trop tard. Il a sûrement raté l'occasion de lui dire, ou du moins de lui faire comprendre tout comme son acte antérieur. Il a la vague impression de le voir ralentir mais il sait que ses espoirs interdits lui font tourner la tête. « Connor ! » Son sourcil se contracte une demi-seconde puis ses lèvres trahissent enfin de la satisfaction. Hermès est enfin à sa hauteur. « Je, je. Vous... » Le jeune homme passe un bras derrière lui et ses lèvres s'imprègnent enfin de celles de Connor. Un moment d'hésitation s'est furtivement installé avant mais il fut bien vite effacé. Hermès presse un peu plus ses lèvres sur les siennes et Connor réagit enfin, mais peut-être trop tard. « Je suis désolé... » Connor plonge son regard dans le sien avant de prendre son visage entre ses mains. « Non. » Et ils plaquent presque violemment et de nouveau ses lèvres sur les siennes. Il n'en peut plus d'attendre. La tentation est trop forte et ce qu'il ressent également pour lui l'est aussi. Sa langue passe délicatement les lèvres de son amant et s'amuse avec la sienne tout aussi posément. Aucune agressivité n'est transmise et c'est sûrement parce qu'il n'est plus exactement le même homme sur le moment. Sa peur passe également dans ce baiser. Son soulagement est omniprésent. Son bonheur aussi. Le fait de retrouver cette sensation qu'il avait eu lors de leur premier baiser l'emplie d'un sentiment encore plus inconnu que précédemment. Il tente de calmer son ardeur comme il le peu. Il se recule lentement d'Hermès et possède de nouveau son regard au creux du sien. Ses mains quittent leur emplacement et retombent lourdement au niveau de ses hanches. Un fin sourire a pris place sur ses lèvres et il essaye de le chasser au mieux en se grattant légèrement la gorge. Que peut-il dire à présent pour expliquer son geste ? Même s'il n'a pas réellement envie de le faire. Il faut bien qu'il dise quelque chose. « Hermès je... » Il croise ses bras avec gêne et ne sait plus vraiment comment s'exprimer. « Je... J'ai tellement eu peur. » Le fait de réellement le dire et surtout l'avouer sonne comme un exploit à ses yeux. « Et je crois que cela m'a fait comprendre que vous... Je tiens à vous Hermès. » Voilà, c'est dit, c'est fait. Même si cela a été un peu long à aligner. Hermès sait maintenant de quoi il en retourne chez Connor. Chez l'imperceptible Connor. Et ce dernier hasarde tant bien que mal de retrouver son air distant et impressionnant. Même si cela semble être un échec complet.
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contenu sponsorisé ❞

MessageSujet: Re: Nightcall - hermès&connor   

Revenir en haut Aller en bas
 

❝ Nightcall - hermès&connor ❞

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Réponse du ministre canadien de la Défense
» HOUSE O'CONNOR 2 ◆ JULIAN 'LUIS' E. DA COSTA
» HOUSE O'CONNOR (0/2)
» ✘ Things are getting too spicy for (the) Pepper! ✤ « Pepper O'Connor »
» O'Connor Joshua ~I wanna touch you but it's too late~ //TERMINEE/

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HEALTH POINTS :: "Salt Lake City" :: quartier est-