AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 ❝ La mort te guète jour après jour › Svetlana. ❞

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
❝ Auteur ❞
❝ Message ❞
❝ Invité ❞

MessageSujet: La mort te guète jour après jour › Svetlana.   Ven 31 Aoû - 19:27

Soren parcourait les rues afin de rentrer soigneusement chez lui après s'être rendu rapidement dans un magasin afin de faire quelques courses qui selon lui, lui avait coûté littéralement un bras, ceci n'était qu'une expression bien entendu. C'était vraiment trop cher pour ce qu'il avait pris, mais tout le monde vivait comme ça, subissait inlassablement. Sur le trottoir gisait le corps d'un jeune homme, une grimace de dégout déforma son visage à cette vision. Voir les corps de personnes sans vie sur le trottoir restait dégoutant pour lui malgré son changement de personnalité et lui rappelait un très vieux souvenir. Il n'aurait pour rien au monde voulut se retrouver à leur place. Normalement, il devait être en paix pour un bon moment avec le compteur qu'il arborait à son bras, mais le soucis avec un monde comme celui-ci était le fait que rien n'était certain. Le jeune homme était bien conscient de ceci et pourtant il était loin d'être agréable avec les personnes qui manquaient cruellement de points, il gardait les siens bien précieusement même à la personne qui fut son essentielle autrefois, il en venait à être de marbre, un tirant sans réserve. Dans tous les cas, cette personne répondant au prénom de Svetlana n'avait pas le choix si elle voulait continuer d'être parmi le monde des vivants, elle était dans l'obligation de répondre aux besoins de Soren. Le choix était très rapidement effectué pour celle-ci. Après quelque temps de marche, il arriva à destination, la porte claqua derrière lui, il resta quelques instants dans l'entrée, le silence total dans l'habitation. Svetlana semblait répondre aux abonnés absents. Elle fessait son maximum pour éviter Soren enfin, sauf quand il lui fallait des points comme la nuit dernière qu'ils avaient passé ensemble. A ce souvenir de cette nuit, un petit sourire vint pincer ses lèvres. Face au silence, il se sentait bien seul, mais quand bien même Svetlana était présente, le silence restait lourd. Allumant toutes les lumières sur son passage pour arriver dans la cuisine, par ailleurs, c'était une habitude, il allumait toujours les lumières instinctivement. Les gens étaient tellement fous qu'il ne serait jamais surpris de voir une personne entrée chez lui par surprise.

Préoccuper par le rangement de ces courses, la porte de son domicile claque une deuxième fois, son regard se posa sur la personne en question. Svetlana. Il attendait son retour, mais pas si tôt. Une prostituée travaille surtout la nuit. Il haussa les épaules à sa propre réflexion, elle fessait ce qu'elle voulait, le principal étant qu'elle lui paie son loyer comme convenu par ailleurs, elle lui devait ce loyer en question. Observant le visage de la jeune femme un instant, le silence lourd, il rompit celui-ci. « Mauvaise journée ?! » lança-t-il, il s'en fichait royalement, tout ce qu'il tenait à savoir si elle avait réussi à obtenir les points qui lui serviraient de loyer, mais les traits tirés de son visage n'indiquait rien de très bon. Il posa alors son regard sur le compteur de cette dernière. « C'est un peu trop juste pour ton loyer » lança-t-il en désignant d'un signe de tête son bras. Elle devait certainement le savoir, mais il ne manquait jamais de la piquer, la poussant un peu plus dans l'angoisse qu'elle ne devait l'être déjà. Soren se montrait intransigeant sur ces choses-là alors, que le Soren qu'il était auparavant n'en aurait eu que faire. Il détacha son regard de Svetlana pour aller se poser sur le sofa pas très loin. « Je ne comprends pas comment une prostituée comme toi, peut revenir avec si peu de points c'est...déroutant » Encore une phrase qu'il aurait mieux fait de garder pour lui, mais non, il fallait que ça sorte. Parfois, il s'étonnait que la jeune femme ne lui saute pas dessus avec rage enfin, elle n'avait pas d'autre choix que de subir toutes ces réflexions désagréables. Par une prostituée comme toi, il voulait signifier que Svetlana n'était pas désagréable à regarder et qu'il était encore moins désagréable de s'offrir une nuit avec elle. Il en avait fait l'expérience il y avait peu de temps. Cependant, ceci il se gardait bien de lui dire, elle n'avait pas besoin de le savoir. Son attention se reporta de nouveau sur Svetlana, observant la moindre de ses réactions. Il était surtout fort désireux de savoir ce qu'elle allait lui sortir pour le loyer qu'elle lui devait.
Revenir en haut Aller en bas
❝ Invité ❞

MessageSujet: Re: La mort te guète jour après jour › Svetlana.   Sam 1 Sep - 10:57

Svetlana était littéralement d’une humeur massacrante. En effet, aujourd’hui était le jour où elle devait payer le loyer de Soren sauf que, bien sûr, elle n’avait pas assez d’argent. Du coup, elle avait passé sa matinée à flâner dans le quartier ouest histoire de mendier quelques points aux passants. Sans aucune surprise, elle s’était faite jeter de partout. Pourtant, ces gens étaient loin d’être dans le besoin alors, franchement, qu’est-ce que la perte d’une dizaine de points pouvait leur faire ? Elle ne comprendrait jamais cette avidité mal placée. Apparemment, ils faisaient un espèce de concours entre eux pour savoir qui avait le compteur le plus garni alors, qu’elle, luttait désespérément pour ne pas mourir dans la rue comme sa mère. La vie était profondément injuste et les points inégalement répartis. Bref, après avoir enquiquiné plusieurs personnes, elle avait fini par se rendre compte qu’elle serait forcée d’aller se prostituer histoire de gagner les derniers points qu’il lui manquait. A contrecœur, elle s’était donc rendue dans son « terrain de jeu » afin d’attendre ses futurs clients mais, malheureusement pour elle, elle fut très vite prise de vertiges. Ce n’était pas étonnant lorsqu’on savait qu’elle n’avait plus mangé depuis deux jours histoire d’économiser ses points. Se rendant compte qu’elle ne pourrait pas travailler normalement, elle avait décidé de rentrer à la villa. Avec un peu de chance, Soren ne serait pas là et elle pourrait directement monter se coucher voire même lui piquer quelque chose à manger dans son frigo. A vrai dire, cela ne faisait pas très longtemps qu’elle habitait avec lui alors elle ne savait pas trop si elle pouvait lui prendre un peu de nourriture. Mais, vu son comportement actuel, elle préférait ne pas lui demander la permission. Egoïste comme il était, il lui aurait sûrement refusé ne serait-ce qu’un bout de pain.

Bref, elle pénétra donc dans la luxueuse bâtisse priant le seigneur de ne pas le croiser sur sa route. Mais, comme d’habitude, la chance ne lui souriait pas puisqu’il était déjà rentré. En le voyant, elle soupira. Bien décidée à ne pas lui parler, elle comptait monter directement dans sa chambre mais c’était sans compter sur son aptitude à l’embêter dès qu’il en avait l’occasion. Mauvaise journée ? Non, sans blague. A vrai dire, le qualificatif n’était pas encore assez fort mais, de toute façon, inutile de lui expliquer puisqu’il n’en avait rien à faire. Curieuse de l’entendre lui parler, elle se rapprocha de lui. Peut-être était-il de bonne humeur ? Peut-être s’inquiétait-il vraiment pour elle ? Douce déception. Dès qu’elle fut assez proche, il jeta un œil sur son compteur pour lui réclamer son loyer. « Je sais compter » lui répondit-il avec mauvaise humeur. Beh oui, elle n’avait pas assez de points et le savait parfaitement, ce n’était pas une idiote. Voyant que, manifestement, il n’était pas prêt à redevenir comme il était, elle jugea qu’il ne servait à rien qu’elle reste dans la même pièce que lui. Puisqu’il était à la cuisine, elle ne mangerait pas, voilà tout. Mais, encore une fois, elle lui lança une pique. Du tac au tac, elle se retourna vers lui. « Les hommes qui voudraient se payer mes services n’ont pas assez de points pour le faire et, en ce qui concerne les hommes qui ont assez de points, la moitié d’entre eux est gay, l’autre moitié peut s’offrir n’importe quelle femme gratuitement. Il n’y a rien de déroutant, c’est totalement logique » lui expliqua-t-elle. Même avec toute la bonne volonté du monde, elle était incapable de ramener plus de points ; les temps étaient durs. « Maintenant, je suis fatiguée, je vais monter me coucher. De toute façon, à moins que tu veuilles me voir mourir devant toi, je n’ai pas assez pour payer ton loyer. Je chercherai une solution et je te paierai le plus vite possible. Je ne voudrais pas que ton compteur amaigri t’empêche de vivre correctement » lui dit-elle ironiquement. Elle n’en avait rien à faire des conséquences, elle voulait juste ne plus le voir.
Revenir en haut Aller en bas
❝ Invité ❞

MessageSujet: Re: La mort te guète jour après jour › Svetlana.   Mar 4 Sep - 17:58

« Je sais compter » A cette réplique un fin sourire amusé se logea sur le visage de Soren. Il savait très bien qu'elle savait compter et fort heureusement autrement si une personne ne savait pas compter elle courait à sa perte. Avec les points loger dans le bras, compter était une chose vitale. Il ne prit pas la peine de répondre à ces mots-là, mais il voyait qu'elle ne perdait pas son sens de la repartie et c'était plutôt un bon point enfin, simplement de son point de vue. Cependant, c'était officiel Svetlana était de mauvaise humeur, elle l'était déjà et la présence du jeune homme ne devait rien arranger il avait ce don particulier de l'agacer grandement. Après l'attente de réponse à sa question, Svetlana donnait réponse. « Les hommes qui voudraient se payer mes services n'ont pas assez de points pour le faire et, en ce qui concerne les hommes qui ont assez de points, la moitié d'entre eux est gay, l'autre moitié peut s'offrir n'importe quelle femme gratuitement. Il n'y a rien de déroutant, c'est totalement logique » Il fronça les sourcils, mimant la réflexion sur ces quelques phrases, elle n'avait peut-être pas tort, il s'estimait donc bien heureux de pouvoir s'offrir les services de cette dernière même si bien souvent c'était sous la contrainte pour elle, le plus étant qu'il savait pertinemment la situation et qu'il en profitait. Pourtant, en fessant son retour, tout le monde s'attendait probablement à retrouver le Soren agréable, gentil et serviable. Tu parles ! Tout ceci était bien loin. Dans un sens cela aurait été plus simple pour Svetlana, elle n'aurait plus vraiment eu le besoin d'être une prostituée se pavanant dans les rues afin de pouvoir vivre - ou survivre, au choix. Revenant de sa réflexion, il posa ses yeux bleus sur la jeune femme. « Oui, tu as peut-être raison, dans ce cas je suis bien heureux de faire partie de ces personnes qui peuvent s'offrir tes services » lança-t-il un sourire narquois sur le visage. Bien entendu, il pouvait très bien aller voir une autre prostituée, mais non, c'était Svetlana et personne d'autre. C'était certes, peut-être idiot, mais cela lui semblait logique pour lui. « Maintenant, je suis fatiguée, je vais monter me coucher. De toute façon, à moins que tu veuilles me voir mourir devant toi, je n'ai pas assez pour payer ton loyer. Je chercherai une solution et je te paierai le plus vite possible. Je ne voudrais pas que ton compteur amaigri t'empêche de vivre correctement » La voir mourir sous ses yeux ? Non ceci ne l'intéressait pas, imaginant aussitôt la vision de la scène intérieurement, il eut un rictus de dégout, il ne supportait déjà pas de voir les gens mourir dans la rue, mauvais souvenir alors, voir Svetlana mourir sous ses yeux, il en était hors de question même s'il était loin d'être agréable avec elle, il lui donnait encore une mince chance de vie. Il n'était pas aussi machiavélique tout de même. « Tu vas déjà te coucher laissant ton Soren adoré seul ? » Le jeune homme savait très bien qu'il était loin d'être la personne chère à son coeur, il devait même en être l'ennemi public numéro un, mais c'était toujours plus fort que lui. Observant Svetlana attentivement de la tête au pied, il se leva subitement, se rapprochant d'elle. « Changement de plan ! » objecta-t-il soudainement, la prenant par le bras. « Tu vas gentillement asseoir tes jolies petites fesses sur cette chaise là-bas et manger quelque chose !» Soren s'étonna lui-même de son comportement, mais la vue de son corps si amaigrit l'effrayer. Non, ce n'était pas de la pitié. Il avait pitié pour personne. Il lâcha son bras, alla jusque dans la cuisine, tirant une chaise, il posa de nouveau son regard sur Svetlana. « Je ne voudrais pas perdre ma colocataire... » Soit elle partait se coucher comme elle l'avait décidé quelques minutes plus tôt, soit elle acceptait son offre. Enfin, il s'attendait à ce qu'elle le soupçonne de quelque chose, mais pour une fois, il n'avait rien pour calculer d'avantage...pour le moment.
Revenir en haut Aller en bas
❝ Invité ❞

MessageSujet: Re: La mort te guète jour après jour › Svetlana.   Jeu 6 Sep - 9:57

Auparavant, la vue de Soren lui aurait sans doute suffi à se sentir de meilleure humeur mais, aujourd’hui, ce n’était clairement plus le cas. Non seulement il ne parvenait plus à lui rendre le sourire mais, en plus, c’était généralement lui la cause de sa mauvaise humeur. Chaque jour, elle espérait le voir redevenir celui qu’il était avant mais, plus le temps passait, plus elle devait se rendre à l’évidence : cela n’arriverait jamais. Dieu sait pourquoi il avait changé mais, en tous cas, il ne comptait pas redevenir le garçon charmant et adorable qu’il avait toujours été. Au fond, des salauds, Svet’ en rencontrait à longueur de journée mais voir qu’il faisait maintenant partie de cette classe d’homme la rendait malade. Disons simplement qu’elle aurait pu le supporter si elle n’avait pas connu son ancienne personnalité. Et, franchement, ce n’était pas tant celle-ci qui lui faisait mal au cœur mais, plutôt, le contraste entre les deux hommes. Encore une fois, la prostituée dut serrer les dents à sa remarque. Elle aurait bien voulu lui dire qu’il ne s’offrait pas ses services mais qu’il l’obligeait à coucher avec lui contre son gré mais, au fond, cela n’aurait rien changé. Une partie de lui devait bien s’en rendre compte et, vu qu’il continuait, cela ne semblait pas le gêner. Le pire, c’est qu’elle se serait volontiers donnée à lui gratuitement si son « ancien lui » le lui avait demandé. Il aurait pu la sortir de cette vie de prostitution et lui trouver un travail plus décent mais il semblait s’amuser à la voir galérer. Manifestement, l’argent avait fini par lui monter à la tête lui faisant oublier toutes les promesses qu’il lui avait faites. Et dire que son père était mort en paix parce qu’il croyait que sa fille était tirée d’affaire. Au fond, elle espérait vraiment qu’il n’y ait pas de vie après la mort parce que, franchement, elle n’aurait pas voulu que son père assiste à ça.

« Mon Soren adoré est parti il y a trois ans et, à ma connaissance, il n’est pas encore revenu » se contenta-t-elle de lui dire. Non, le monstre qui trônait devant elle n’était certainement pas son ami d’enfance. Elle préférait encore le croire mort que de l’identifier à ce type. Mais, sans prévenir, au lieu de la laisser monter, il la tira par le bras et la força à s’asseoir afin de lui faire manger quelque chose. Si Svet’ restait dans cette maison – trop chère pour elle – c’était uniquement dans l’attente d’un moment comme celui-ci, un moment où il semblait redevenir son ami d’enfance pour quelques temps. Même si sa raison lui criait de monter à l’étage et ne pas accepter ce repas, elle ne put pas s’en empêcher et s’assit sur cette foutue chaise, la tête entre les mains. Elle avait tellement faim qu’elle commençait à voir des étoiles. Son amie, il l’avait perdue depuis longtemps. En revanche, sa colocataire, il la garderait sûrement encore longtemps. Dans un dernier espoir, elle s’accrochait désespérément à lui, même si elle savait qu’il avait changé du tout au tout. Finalement, elle se redressa et planta ses yeux dans les siens. « Si tu ne veux pas me perdre, pourquoi tu prends un malin plaisir à me voir galérer ? Ça ne te fait vraiment rien de savoir le métier que je fais ? » Le Soren d’avant ne l’aurait jamais accepté. Elle ne parlait même pas de sentiments mais juste de fierté. Il aurait sans doute préféré partager les maigres points qu’il avait si ça avait pu l’empêcher de gagner sa vie de cette façon. De temps en temps, elle se prenait d’ailleurs à regretter que ça n’ait pas mal tourné pour lui. Au moins, s’il était revenu bredouille, ils auraient pu s’entraider pour survivre comme ils l’avaient toujours fait. Sentant sa gorge se serrer, elle décida de baisser la tête afin qu’il ne voie pas qu’il réussissait encore à la toucher. Dans l’attente de savoir si elle recevrait à manger ou non, elle resta bien sagement assise sur sa chaise.
Revenir en haut Aller en bas
❝ Invité ❞

MessageSujet: Re: La mort te guète jour après jour › Svetlana.   Mer 12 Sep - 11:22

Le changement d'une personne ne pouvait se faire subitement, en quelques secondes simplement, c'est bien connu. Soren n'avait pas changé en quelques minutes. Non, c'était jour après jour en côtoyant cette vieille dame qu'il avait osé escroquer. En pensant à celle-ci, il haussa les épaules, ça lui était égale, elle l'avait cherché selon lui. Enfin, la laisser pour morte ne fut un pas acte très glorieux venant de sa part, mais il n'avait pas eu le choix s'il voulait vivre sereinement. La seule et unique personne ayant la capacité de lui donner cette âme qu'il avait autrefois n'était autre que Svetlana, elle lui rappelait tellement le temps où il était un jeune homme aimable et non pas une pourriture de première. Etait- ce là, la raison de son comportement avec cette dernière ? Rien n'était certain. Il n'était même pas certain de pouvoir donner réponse à la question de son comportement. Ceci en était lamentable. Le jeune homme en était bien conscient, mais il se refusait de le dire haut et fort. Sa fierté bien trop grande. Pourtant, il pouvait avoir une existence plus - ou moins heureuse avec celle qui autrefois était sa grande raison de vie. Et même s'il était détestable avec elle, Soren ne tenait pas à ce qu'un autre tente à lui faire du mal pourtant il se cachait bien de la dire à la jeune femme, feignant l'ignorance si cette situation venait à arriver. Les promesses qu'il lui avait faites autrefois était toujours gravée dans sa tête, mais il était impossible pour lui de les tenir désormais. Auparavant, il aurait détesté promettre des choses et ne pas les tenir, maintenant il semblait s'en fichait royalement.

« Mon Soren adoré est parti il y a trois ans et, à ma connaissance, il n'est pas encore revenu » Il baissa la tête quelques secondes, accusant le coup de sa remarque. Il savait bien qu'il se prendrait en pleine figure une réponse de ce genre-là. Il l'avait bien cherché après tout. Son Soren n'était pas parti, non il était toujours là, mais bien trop enfouie profondément pour savoir refaire surface. Le jeune homme ne tenait pas à s'éterniser à ce sujet, préférant paraitre indifférent à ces mots même si quelque part, elle avait vu juste. Il releva la tête, un mince sourire sur les lèvres, voulant faire croire que ces mots n'avaient aucune répercutions sur lui. Soren ne voulait pas se laisser démonter aussi facilement et surtout pas par une femme. Même si ce n'était pas n'importe quelle femme qui se tenait non loin de lui. Finalement, Svetlana prit sagement place sur la chaise qu'il avait désignée afin qu'elle mange quelque chose avant qu'elle ne perde un os - ou qu'elle ne termine allongée sur le sol inconsciente par manque de force. Elle avait le regard baissé avant qu'elle ne le relève, plantant son regard dans celui de Soren. Il ne bougeait absolument pas, attendant qu'elle ne dise ce qui lui traversait l'esprit.« Si tu ne veux pas me perdre, pourquoi tu prends un malin plaisir à me voir galérer ? Ça ne te fait vraiment rien de savoir le métier que je fais ? » Son coeur sauta un battement, alors voilà, le sujet était lancé. Allaient-ils vraiment parcourir les facettes à ce sujet où Soren prendrait-il encore la fuite, prétextant qu'elle pouvait continuer son métier en disant qu'il s'en fichait royalement. C'était totalement faux, il ne s'en fichait pas. Savoir son amie sur le trottoir, savoir les mains d'un autre parcourir le corps de la jeune femme ne lui plaisait pas plus que cela, c'était certain. Le silence dans la pièce pesait lourd. Soren réfléchissait à la réponse qu'il pouvait donner, ce n'était pas aussi facile qu'il ne l'aurait désiré. « Parce que tu crois vraiment que c'est un plaisir de te savoir sur le trottoir à donner ton corps au premier venu ! » Sans même qu'il n'ait pu se rattraper, ces mots étaient sortis tout seuls. Pauvre crétin qu'il était, elle l'avait bien eu sur ce coup-là, mais au moins ceci avait le mérite d'être clair. « Ou alors, tu aimes ça, va savoir... » C'était certainement pas les paroles qu'elle attendait, mais il tentait de rattraper l'écart de faiblesse qu'il avait eut deux secondes plus tôt même si pour lui c'était plutôt raté. Sans plus attendre, il se leva, sortit plusieurs choses de la cuisine, les déposa sur la table. Manger était ce qu'il lui avait proposé et il s'y tenait malgré que cette discussion ne semblait pas partie de bons pieds. « Tu devrais mangé maintenant » lança-t-il de marbre reprenant place face à Svetlana.
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
❝ Invité ❞

MessageSujet: Re: La mort te guète jour après jour › Svetlana.   Mer 12 Sep - 20:23

La question qu’elle venait de lui poser était totalement légitime. En effet, elle ne pouvait pas (ou ne voulait pas) croire qu’il puisse être aussi insensible face à sa misérable condition de vie. Une partie de lui devait forcément être touché. Le regardant dans le blanc des yeux, elle essayait de s’en convaincre elle-même car, si ce n’était pas le cas, elle savait que l’ancien Soren ne referait jamais surface et, ça, elle ne pouvait pas l’accepter. Mais, heureusement, au bout d’un certain moment, il consentit à lui répondre. Elle venait de trouver une faille, de percer sa carapace, ce qui lui arracha un sourire de satisfaction. Tout n’était peut-être pas encore perdu finalement. Peut-être qu’il finirait par redevenir celui qu’il était avant que tous ces points ne lui montent à la tête. Pour la première fois depuis longtemps, elle réalisa qu’elle avait bien fait d’emménager avec lui. Pour cet instant, elle aurait même pu lui donner l’entièreté de ses points sur le champ. Son ami lui manquait terriblement et, en cette occasion, elle avait l’impression de le retrouver. Toutefois, ce moment ne dura pas très longtemps. Aussitôt, il se sentit obligé de lui offrir une remarque condescendante pour se convaincre qu’il n’était plus capable d’émotions. Oh, bien sûr, elle savait que ce n’était qu’un stratagème pour la blesser mais, venant de lui, elle ne pouvait faire autrement que de prendre tout ce qu’il lui disait au premier degré. Si ce métier lui plaisait ? Pas du tout. Et, rien que le fait qu’il puisse émettre cette hypothèse était plus que condescendant. Il la prenait pour quoi au juste ? Une fille facile qui se plaisait à vendre ses charmes ? Une traînée ? Cette pensée lui fit mal au cœur. Entre eux deux, celui qui était pourri jusqu’à la moelle, ce n’était pas elle.

« Tu as deviné. Ça me plait de me faire tripoter par des pervers. Tu sais bien que j’ai toujours été comme ça. En fait, je pourrais avoir tous les points que je veux mais je les refuse juste pour pouvoir continuer à bosser jour et nuit » ironisa-t-elle. Non, sérieusement, comment avait-il osé lui sortir une ânerie pareille ? Encore sous le choc de ce qu’il avait osé lui dire, elle le regarda sortir les aliments du frigo et s’empressa de prendre des fruits et du pain. Elle avait tellement faim qu’elle en oubliait presque toute sa rancœur contre lui. Elle détestait lui être redevable mais, en l’occurrence, elle n’avait pas le choix. Certes, elle ne mourrait pas puisqu’elle avait encore des points mais elle pourrait rester évanouie plusieurs jours d’affilée ce qui serait une catastrophe. Maintenant qu’elle avait un peu mangé, elle décida de poursuivre son idée jusqu’au bout. « Tout le monde n’a pas la chance d’avoir rencontré quelqu’un à escroquer » lui reprocha-t-elle. En prononçant ces mots, elle se félicita d’avoir mangé un peu, au moins, s’il changeait d’avis, elle aurait quand même quelque chose dans le ventre. « Tu m’avais promis que tu m’aiderais. Résultat, j’ai été toute seule quand mon compteur est apparu. J’ai été toute seule le jour où j’ai dû accepter le métier que je fais aujourd’hui. Et toi, tu reviens plein aux as et tu préfères louer une maison hors de prix pour épater la galerie alors qu’un mois du loyer que tu paies pourrait me sortir définitivement de la rue. Et, en plus de ça, tu as le culot de me demander de te payer ma chambre. Pourquoi tu es comme ça ? Je suis plus assez bien pour toi, c’est ça ? » Epuisée, elle était épuisée. Elle aurait voulu pleurer mais, même ses larmes n’avaient pas la force de sortir. Elle essayait simplement de le comprendre même si se mettre dans sa tête était presque impossible.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contenu sponsorisé ❞

MessageSujet: Re: La mort te guète jour après jour › Svetlana.   

Revenir en haut Aller en bas
 

❝ La mort te guète jour après jour › Svetlana. ❞

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Méditer Jour après Jour de Christophe André (livre + Cd MP3)
» Pour observer la terre au jour le jour
» Le Tao au jour le jour : 365 affirmations Taoïstes
» SENS au jour le jour...
» zinnia 72,jour après jour en commentaire

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HEALTH POINTS :: "Salt Lake City" :: quartier ouest :: habitations-